Notre Dame de Santé

                         Samedi 6 mars. Visite de Notre Dame de Santé à Carpentras.

Nous sommes accueillis par monsieur Claude Drap. Nous le remercions.

 

IMG_0772

Le couloir des ex-voto conduit à la chapelle primitive

 

                                                                 Le décor peint

Fresque située dans le cœur représentant Notre Dame de Santé. La voûte de la chapelle est peinte dans le goût du 19° siècle.

 

 

Les murs du narthex sont entièrement couverts d’ex-voto.

 

                                                                    Le décor sculpté.

 

IMG_0785

En 1816, Pierre Jean Baptiste Mille réalise la grille en fer forgé séparant le narthex de la nef.

 

IMG_0783

En 1944, un nouveau vitrail remplace celui détruit lors de la destruction du pont de Serres.

 

                                           La construction de la chapelle.

Vers 1400, un corps de garde est établi au bas de la porte d’Orange et un petit oratoire dédié à la Vierge du pont de Serres y est édifié.

En 1536, l’abbé de Mery fait transformer l’oratoire en une petite chapelle ouverte sur l’une des piles du pont.

La chapelle actuelle fut construite sur les plans d’Antoine d’Alleman. Les travaux commencent en 1734 puis sont interrompus faute d’argent. Ils reprennent en 1747 grâce à un don de 5000 livres fait par monseigneur d’Inguimbert, évêque bienfaiteur de Carpentras. Le plan de la chapelle est simple. Un narthex, une nef unique couverte d’une voûte et un chevet plat. Il reste peu du décor peint du XVIII siècle. les peintures ayant été rénovées dans le goût du XIX° siècle. Les façades sont restaurées en 1987.

Nous dirons pour finir la dévotion des Carpentrassiens pour Notre  Notre Dame de Santé notamment lors des épidémies de peste de1628 et de 1720.

 

 

 

Visite du musée de la Filaventure

 

Le samedi 15 février nous étions une vingtaine à visiter le musée de la Filaventure à l’Isle sur la Sorgue. Grâce à Christiane nous avons été reçu chaleureusement par monsieur Brun de Vian -Tiran, patron de l’entreprise qui nous a consacré son après-midi . Il nous a offert la gratuité de l’entrée du musée. Nous le remercions pour son accueil et sa générosité.

 Une entreprise familiale crée en 1808, reconnue   » Entreprise du Patrimoine Vivant » en 2009.

EPV (Entreprise du patrimoine vivant ) est un label officiel délivré sous l’autorité du ministère de l’Économie et des Finances afin de distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence.

Présentation de la fabrique et du musée par monsieur Brun de Vian-Tiran.

Monsieur Brun de Vian-Tiran fait un rappel historique soulignant l’importance des manufactures lainières à l’Isle sur la Sorgue, ville  marquée par le travail de la soie et de la laine grâce aux ressources naturelles de son territoire.

Il nous présente ensuite la manufacture et le travail de transformation des laines brutes en draps de qualité exceptionnelle.

Il explique l’utilisation qui est faite de matières premières rares provenant du monde entier et plus particulièrement la collaboration avec des éleveurs qui leur fournissent en exclusivité leur laine, entre autres la laine du mérinos d’Arles antique ou la laine de chameau du désert de Gobi.

Enfin il insiste sur la recherche permanente de nouvelles matières permettant d’obtenir un fil extrêmement fin et sur la capacité d’innovation de l’entreprise.

Il nous accompagne dans la visite du musée de la Filaventure: présentation didactique et interactive du travail de la laine de la tonte au drap.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter le site de la Manufacture

WWW.brundeviantiran.com

L’histoire de la manufacture

https://www.brundeviantiran.com/fr/huit-generations-de-couverture-a-l-isle-sur-sorgue

De la laine brute au drap, les laines transformées à la manufacture

https://www.brundeviantiran.com/fr/la-recherche-des-plus-belles-fibres-du-monde

https://www.brundeviantiran.com/fr/charte-ethique-brun-de-vian-tiran

 

 

Bilan d’activités 2013-2020

Conférences organisées par l’association
2015 : Eric Comtat, « L’atelier monétaire de Carpentras ».
2015 : Béatrice Gaillard, « Lorsque les architectes Franque bâtissaient Carpentras », en collaboration avec la Bibliothèque Inguimbertine.
2015 : Bernard Duprat, « Le patrimoine architectural de Carpentras », à l’invitation du Rotary club.
2017 : Martine Vasselin, , historienne de l’art, Univ. d’Aix-Marseille, « L’iconographie des peintures murales de l’hôtel Montfort d’Abisse », lors du prix 2017 de l’association.
2018 : Jean-Lucien Bonillo, Pr ENSA d’architecture de Marseille, « L’architecte Fernand Pouillon », à la suggestion de Mme Simon-Pouillon.
2018 : Bernard Duprat, « Antoine d’Alleman, 1679-1760 [..]», à la Bibliothèqe-Musée lors de la Nuit des musées.

Excursions, villes exemplaires pour leur patrimoine et sa mise en valeur
Viviers, visite guidée par Béatrice Vire-Gaillard, et le Pr Yves Esquieu, 2016.

Avignon, N.-D. des Doms, deux visites dirigées par le chanoine Bréhier, recteur de la Métropole, 2017

Uzès, visite avec une guide-conférencière de la ville, 2018.
Arles, Les hôtels particuliers, visite guidée par Odile Caylux, historienne, 2018 ; (Caylux, O. Les hôtels particuliers d’Arles de la fin du xvie siècle aux dernières années de l’Ancien Régime, Paris Picard, 2019).
Nîmes, visite guidée par Marie-Claude Thomas, historienne, 2018.

Visites d’édifices remarquables ou M. H. sauvegardés ou restaurés
Château de St-Privat, site du Pont du Gard, visite avec la propriétaire de l’édifice, 2013.
Hôtel Pélissier, ( H. de Ville de Visan), visite avec l’architecte du patrimoine, Bruno Jouve , 2014
Chapelle N.-D. des Vignes, Visan, restaurée par M. Perrenoud, 2014
Hôtel d’Agar, Cavaillon, visite avec le propriétaire de l’édifice, 2015
Le patrimoine et le musée de Mazan, visite avec J. Barruol, 2015
Bains Pommer, visite avec E. Pommer, Avignon, classés MH, 2016.
Château de Brantes à Sorgues, visite avec la propriétaire de l’édifice, 2016.
Trésor N.-D. des Doms, 2 visites avec le chanoine Brehier, recteur de la métropole, 2017.
Château d’Ansouis, visite avec la propriétaire de l’édifice, 2018.
Palais du Roure, Avignon, visite avec un guide conférencier de l’établissement, 2019.
Petit Palais, collection Campana, visite avec Danielle Arnaud, artiste peintre, 2019.
Château de Grignan, visite avec un guide conférencier de l’établissement, 2019.

A Carpentras
Hôtel de Murs, visite commentée par B. Duprat et F. Doux, 2014.
Musée lapidaire, chapelle des visitandines, visite commentée par J.-F Delmas, 2014
Hôtel de Gaudemaris et Poupardin visite avec les architectes Monietti et Servier, 2014
Cimetière juif et synagogue, visite commentée par les guides conférenciers de la communauté, 2016
Lycée Victor Hugo et exposition sur l’école primaire supérieure de filles, visite commentée par Audrey Tardy, 2016.
Saint-Siffrein, église et salle du trésor, visite avec les Amis de St-Siffrein, 2017.
Chapelle et couvent des visitandines, visite commentée par E. Juan-Mazel, 2019
Circuit de visite des principales portes anciennes, visite commentée par J. Doux, B. Duprat, 2019
Hôtel de Chateauvieux, musée Sobirats et nouvelle Inguimbertine, visite commentée par J.-Y. Baudouy, 2019

Visites d’ateliers d’artisans d’art et d’artistes
Ecole d’Avignon, visite avec les responsables de formation et d’ateliers de l’école, 2014
Atelier/Musée Auguste Chabaud, Graveson, visite avec les descendantes du peintre et Mme Brahic, historienne de l’art, 2015
Atelier Martine Perrenoud, doreuse, visite avec la cheffe d’entreprise, Carpentras, 2014
Atelier Patrick Zambelli, gypsier, visite avec le chef d’entreprise, Mazan, 2016.

Publications des membres de l’association
Carnet du Ventoux, N° 87, printemps 2015, « Sauvegarder le Vieux Carpentras »
Fleury, F., Duprat, B., Analysis of an unpublished treatrise of an 18th century ingineer Antoine d’Alleman, (1679-1760), Proceedings of the 5th international Congress on Construction History, june 2015, Chicago, Construction History Society of America, pp. 79-86.
Tardy, A. Duprat. B., « Le second couvent des dominicains à Carpentras, 1859-1908 », Etudes comtadines, folio n°25, octobre 2016, p. 4-30.
Juan-Mazel, Élisabeth, « Le couvent des Visitandines à Carpentras », Etudes comtadines, folio 16, mai 2012, pp. 134-152 & folio 17, octobre 2012, pp.125-155.
Juan-Mazel, Élisabeth, « Fêtes de la béatification de Jeanne de Chantal en l’église de la Visitation de Carpentras, du 9 au 13 novembre 1752 », Etudes comtadines, f° 18, avril 2018, pp.125-142.
Duprat, B., Fleury, F., « La stabilité et le dimensionnement des arcs et des piédroits par Antoine d’Alleman, architecte ingénieur, (1679-1760) », in Gilles Bienvenu, Martial Monteil, Hélène Rousteau-Chambon, Construire ! Entre Antiquité et époque contemporaine – Actes du 3e congrès francophone d’histoire de la construction, Nantes, 21-23 juin 2017, Paris, Picard, 2019, pp. 1157-1165.
Juan-Mazel, E., Duprat, B., Niches et statues. Les oratoires du centre ancien de Carpentras, Carpentras Patrimoines, 2020, à paraître
Doux, J., Duprat. B., Saint-Maurice, J.-L. , Les portes et vantaux de Carpentras, Carpentras Patrimoines, 2020, en préparation.

Site Internet : http:// http://www.carpentraspatrimoines.wordpress.com ; à mettre à jour, restructurer et compléter.

Prix du patrimoine,
Remise du prix présidée par Mme Christiane Marchello-Nizia, présidente de l’Office de tourisme de 2014 à 2017. Articles dans la presse locale à chaque événement.
2014 : Hôtel de Murs, XVIIIe, Carpentras, rue des Marins, en présence de M. le maire de Carpentras et de la direction de l’établissement.
2015 : Hôtel de Vento, XVIIIe, Carpentras, rue du Château, en présence de M. le Sous-préfet, de l’architecte du patrimoine, Françoise Lefèvre, et du syndic de copropriété.
2016 : Ilôt Archier, XIIIe-XVIIe, Carpentras, rue de la Porte d’Orange, en présence de l’architecte du patrimoine, Antoine Bruguerolles, et de Capucine Darceot, Directrice de l’habitat de la Ville.
2017 : Peintures murales, hôtel Montfort d’Abisse, XVIIe, Carpentras, rue Vigne, avec conférence de Mme Martine Vasselin, historienne de l’art, Univ. d’Aix-Marseille.
2018 : Lycées Victor Hugo, XXe, arch. L. Busquet, Carpentras, en présence de M. le proviseur et de Mme Tardy.

Actions entreprises et à poursuivre ou relancer
Propositions de restauration St-Siffrein roman et projet d’aménagement de J.-L. Saint-Maurice. Visite de l’édifice avec les représentants du MCC, Conservation MH, de la Mairie, de l’association cultuelle « Amis de St-Siffrein [..] » et promotion du projet de restauration. Dossier documentaire téléchargeable sur le site Internet :

Cliquer pour accéder à dossier-isle-st-siffrein-roman.pdf


Entretien des lieux et restauration de la chapelle St-Martin de Serre : Mme Simon-Pouillon, nombreuses interventions en Mairie et dépôt des vestiges de la statue endommagée au musée. Petits travaux de nettoyage et d’entretien réalisés par les services municipaux, restauration à promouvoir.
Visite de l’ancienne chapelle des Pénitents noirs, désaffectée, façade très endommagée, avec les représentants de la Mairie ; indication d’une possible issue de secours arrière, ancienne porte murée, rue Serpentine.
Entretien et restauration de la statue St-Anne, rue de la République, article de presse, interventions en Mairie et auprès des propriétaires. Fin de non recevoir de ces derniers.
Mise en évidence des problèmes principaux de valorisation patrimoniale de la ville, état des chaussées et des façades, état des alimentations électriques des maisons (écheveaux et chignons de câbles apparents), installations de climatiseurs sur l’espace public, non respect des réglementations en vigueur ( aspect, couleurs, nature des travaux, fenêtres pvc, portes de garages métalliques par exemple, etc.). Conférences et site Internet https://carpentraspatrimoines.wordpress.com/que-font-les-barbares/
Projet de colloque sur les décors peints avec le CIAP, abandonné pour défaut d’organisation et renoncement des principaux scientifiques sollicités. Campagne de photos réalisée par le Ciap.
Participation à la commission municipale de l’AVAP (2016), réglementation abandonnée à défaut d’enquête publique après révision du réglement et validation par la CRPS ( commision régionale) ; Carpentras étant dotée d’une ZPPAUP fut classée « site patrimonial remarquable » ( loi de juillet 2016), dossier à relancer avec PSMV (Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur, anciens secteurs sauvegardés).
Intervention en Mairie pour instaurer des modalités de ravalement des maisons en pierre de taille (XVe, XVIIIe siècles), ignorées jusque là, la subvention municipale ne mentionnant que la réfection des enduits tardifs du XIXe.
Proposition à la Mairie de souscriptions publiques de la Fondation du Patrimoine (mécénat populaire défiscalisé) pour la restauration des principaux monuments municipaux. Refus motivé par la politique fiscale poursuivie par la municipalité (pas d’impôts (sic !) supplémentaires).
Proposition de cartels/plaques d’information sur les principaux hôtels particuliers de la ville. Modèle de plaque à l’étude par J.-L. Saint-Maurice. A relancer.
Demande de classement MH du Lycée Victor Hugo ; pas de réponse du ministère de la culture. Intervenir de nouveau auprès du CRMH.
Projets éventuels : demande de classement MH à faire pour le musée Sobirats (ancien hôtel de Chateauvieux, XVIIIe, très caractéristique des hôtels de l’époque), et le cas échéant du bâtiment désaffecté de la Caisse d’Epargne, XXe siècle, (plafond peint de Roux-Renard et dallage du vestibule ).

B. Duprat

Rapport moral de l’exercice 2019

Rapport moral de l’exercice 2019

Assemblée générale du 24 janvier 2020

Bienvenue à l’assemblée générale. Merci de votre présence. Bonne année à vous tous.

L’ordre du jour de l’assemblée générale comptera quatre grands chapitres :

Présentation et vote du rapport moral de l’exercice 2019.

Présentation et vote du rapport financier de l’exercice 2019.

Travaux entrepris par l’association concernant d’une part l’inventaire des portes anciennes du centre historique, d’autre part le recensement des oratoires figurant sur les façades des maisons.

Programme d’activités pour l’année 2020.

 

Fonctionnement de l’association

Nous avons réuni le CA le 16 décembre 2019 pour faire le point sur les activités qui ont eu lieu en 2019 et sur les projets de 2020. Étaient présents : Maria Doux, Mireille Duprat, Christiane Salesses, Joël Doux, Bernard Duprat en tant que conseiller scientifique.

Activités organisées en 2019

. 9 février, Monsieur Baudouy, Attaché de conservation à la bibliothèque Inguimbertine, nous fait visiter le musée Soubirats, musée essentiellement construit aux alentours des années 1740, avec sa porte monumentale, son encadrement en pierre (inventoriés dans notre recensement des portes anciennes), son vestibule avec une magnifique chaise à porteurs, sa cage d’escalier avec sa très belle ferronnerie Louis XV et un décor en staff dans le grand salon, remarquable.

Il est actuellement fermé au public, uniquement accessible sur demande pour des groupes. Aucun financement n’a été alloué à la restauration de ce musée : vétusté du décor intérieur, peinture en mauvais état, plafond lézardé, électricité obsolète. Quand on pense aux millions d’euros investis dans la coulée verte on peut mesurer le peu de crédit accordé par le pouvoir politique local au patrimoine de la ville.

Ne serait-il pas possible de désigner, au moins pendant la période estivale un employé de mairie afin d’assurer l’ouverture de ce musée ?

Soyons attentifs au devenir de ce musée. Dans cet esprit un rappel pour mémoire. Le comte de Sobirats a légué dans les années cinquante l’hôtel particulier qu’il possédait place du docteur Cavaillon en face de l’actuelle étude notariale Passebois Jeanjean. Aucune restauration n’a été entreprise par la municipalité. Au fil du temps, le bâtiment s’est détérioré et la solution adoptée fut sa démolition et la construction d’un parking à son emplacement. On peut tenir le même discours sur la destruction de l’hôtel de Lopis, d’époque Louis XV dans la rue de la Monnaie.

L’après-midi toujours sous la conduite de Monsieur Baudouy, visite de la bibliothèque Inguimbertine, sa salle de prêt et découverte de nouveaux locaux en cours d’aménagement. Une réalisation exemplaire dans un bâtiment du XVIII° siècle de toute beauté.

30 mars. Grâce à Élisabeth Juan-Mazel nous avons visité la chapelle de la Visitation, lieu décoré de gypseries rocaille somptueuses.

Il faut là aussi être attentif car ce lieu n’est pas en bon état et nécessite des restaurations. Auparavant Elisabeth avait commenté quatre tableaux des chapelles latérales de la cathédrale Saint-Siffrein : la Visitation. le portrait de saint François de Salles, le Sacré Coeur, François de Salles remet les constitutions de l’ordre de la Visitation à Jeanne de Chantal. Nous tenons à féliciter Elisabeth pour ses publications les plus récentes dans les Études Contadines : Françoise de Chaugy, fondatrice du couvent de la visitation de Carpentras. Octobre 2017 ; Fêtes de la béatification de Jeanne de Chantal en l’église de la visitation de Carpentras 1752, Avril 2018 ; Jean Giono et Eugène Martel de passage à Carpentras. Octobre 2019.

12 avril. Visite du musée Grobet Labadie à Marseille avec une guide conférencière. Ce lieu abrite les collections d’une riche famille de négociants marseillais dans la seconde moitié du XIX° siècle. Il est consacré à la peinture et aux arts décoratifs : meubles provençaux, faïences de Moustiers et de Marseille, tableaux, tapisseries et sculptures, un ensemble remarquable.

 

11 mai. Visite du centre ancien de Nîmes commentée par Marie-Claude Thomas, historienne et guide conférencière. La ville de ses origines à nos jours. Elle s’est attardée sur l’architecture et la stylistique des hôtels particuliers, cours intérieures et escaliers habituellement inaccessibles au public.

Nous avons découvert le matin le nouveau musée de la Romanité et la magnifique exposition consacrée à Herculanum et Pompéi lors de l’éruption du Vésuve en 79 AC.

20 juin .Visite du Petit Palais en Avignon abritant la collection Campana. Danièle Arnaud, historienne et artiste peintre, membre de l’association, nous a présenté le bâtiment et la collection : analyse iconographique et stylistique des tableaux essentiellement du XV° et XVI° siècle, explications des pratiques picturales de cette époque. Elle a développé les différentes techniques de restauration. Un remerciement tout particulier.

11 octobre. Visite du palais du Roure en Avignon avec un guide conférencier. Construit à la fin du XV° s. par Pierre Baroncelli, cette belle maison gothique est appelée hôtel de Baroncelli .Conservé dans son état d’origine pendant le XVI°s., il est mis au goût du jour au XVII° siècle. C’est l’époque où on remplace les escaliers à vis par des escaliers à rampe droite avec garde corps à balustres puis au XVIII° s. à ferroneries. La distribution intérieure des pièces date du XVIII° : le salon des Batailles ou salon rouge et la chambre bleue. A la révolution l’hôtel n’est pas saisi et reste dans la famille. Après la deuxième guerre mondiale il est acquis par Jeanne de Flandresy et devient un centre de vie intellectuelle. La culture provençale y trouve son essor : lettres et manuscrits de Fréderic Mistral et des félibres Roumanille, Aubanel, Felix Gras. Livres provençaux, documents folkloriques. La diligence empruntée par Mistral lors de ses déplacements entre Maillane et Graveson.

9 novembre. Visite du château de Grignan avec une guide conférencière. Il est construit dans sa majeure partie par Louis Adhémar de Monteil dans les années 1550. François de Castellane-Adhémar épouse en 1669 la fille de Madame de Sévigné. Il est alors nommé lieutenant général du roi en Provence et mène dans son château un train fastueux. Madame de Sévigné lors d’un séjour chez sa fille écrivait  « Le château est très beau et très magnifique. Cette maison a grand air on y fait bonne chère et on y voit mille gens ». En 1732, il est acquis par Jean Baptiste de Felix, marquis du Muy. Le district de Montélimar par arrêté du 20 décembre 1793 ordonne sa démolition. Après plusieurs tentatives de restauration inabouties, il tombe dans les mains salvatrices de madame Fontaine qui va employer sa fortune à sa restauration. Le conseil général de la Drôme, propriétaire depuis 1979 le fait rénover, dix-huit salles meublées sont ouvertes au public.

 

L’association poursuivra en 2020 les travaux effectués en 2019. Recensement et étude des portes anciennes du centre historique de Carpentras ; collaborent à ce travail J. Doux, B. Duprat et J.-L. Saint Maurice que nous remercions de nous avoir procuré des photographies de portes anciennes malheureusement disparues. Nous analyserons celles-ci au même titre que les autres. Nous pensons terminer fin du premier semestre 2020, Le problème de la diffusion de ce recueil reste entier. A ce sujet B. Duprat a entrepris différentes démarches. Il va en détailler le contenu. Elisabeth et Bernard ont entrepris le recensement des oratoires de Carpentras et rédigé un ouvrage de 120 pages qui les décrit et les analyse, également à publier.

Après la présentation du rapport financier par Maria, également soumis au vote de l’assemblée, nous en viendrons au programme d’activités de l’année nouvelle. Je donne la parole à la trésorière.

Le président, Joël Doux

Assemblée générale exercice 2019

Assemblée générale ordinaire – Exercice 2019
Réunie le 24 janvier 2020 à 17h
Maison du citoyen, 35, rue du Collège à Carpentras

Ordre du jour :
Rapport moral de l’exercice 2019
Rapport financier de l’exercice 2019
Quitus aux administrateurs pour l’exercice 2019

Election du conseil d’administration 2020-2021

Actions en cours, projets et programmes d’activités pour 2020
Bilan d’activités 2013-2020
Questions diverses

Présents : Mmes et Mrs : Jean-Jêrome Blanc Montmayeur, Corinne Comtat, Eric Comtat, Ingrid Cottin, Joël Doux, Maria Doux, Claude Drap, Bernard Duprat, Mireille Duprat, Françoise Ferragut, Jean-Marc Issartier, Elisabeth Juan-Mazel, Xavier Lambert, Claude Parent, Christiane Salesses, Jean-Claude Salesses, Fréderic Simon

Représentés : Mmes et Mrs : Danièle Arnaud, Kari Bec, Paule Deleuil, Florian Doux, Danièle Gutapfel, Michelle Salles

Excusés : Mme Audrey Tardy, M. Patrick Zambelli

 

Comte-rendu

Les présents règlent leur cotisation et peuvent en conséquence former le quorum et participer aux votes en tant que membres actifs.
Le président ouvre la séance en rappelant l’ordre du jour de l’assemblée générale ordinaire convoquée pour délibérer sur l’exercice 2019 et préparée par le conseil d’administration réuni le 16 décembre 2019.

Rapport moral 2019
Après rappel de l’ordre du jour, le président donne lecture des principaux éléments de son rapport moral (pièce jointe n°1) présenté en quatre points : a) le fonctionnement de l’association ; b) les activités organisées par l’association à l’intention de ses membres en 2019 ; c) les travaux à publier en cours, sur lesquels B. Duprat et Elisabeth Juan-Mazel apportent des précisions à la demande du président ; d) Programme prévisionnel d’activités pour 2020. Certains points suscitent des remarques et signalements de la part des membres présents et seront développés à propos des questions diverses. Puis le président cède la parole à la trésorière.
Rapport financier 2019
La trésorière présente le rapport financier de l’exercice (pièce jointe n°2). Le montant des recettes est limité aux cotisations des membres actifs et des membres bienfaiteurs. La cotisation annuelle des membres actifs reste inchangée.
Résolution concernant l’exercice 2019
L’assemblée générale donne quitus aux administrateurs pour l’exercice 2019, personne ne s’opposant ou ne s’abstenant.

Élection du Conseil d’administration
Le Conseil d’administration composé de sept membres avait été élu par l’assemblée générale du 6 avril 2018 pour un mandat de deux ans. Conformément aux statuts, il est donc à élire de nouveau par la présente assemblée.
Quatre membres sortants se représentent : Joël Doux, Maria Doux, Mireille Duprat, Christiane Salesses. Deux nouveaux adhérents présentent leur candidature : Jean-Marc Issartier et Frédéric Simon. Élisabeth Juan-Mazel, membre actif de l’association depuis sa création, dit également son intention de faire partie du conseil. Une équipe de sept membres étant ainsi constituée sans autre proposition, ces candidatures sont mises au vote.

Délibération : l’ensemble des candidats est élu à l’unanimité pour deux ans, personne ne s’opposant ou ne s’abstenant.
Il est proposé que Jean-Louis Saint Maurice, indisponible pour raisons de santé et ne s’étant pas représenté, continue à participer à la vie de l’association comme conseiller scientifique conformément aux statuts, article 10.
Le nouveau conseil décide de se réunir mardi 28 janvier pour élire président, secrétaire général et trésorier, et il informera les administrations compétentes de ce renouvellement.

Actions en cours, projets et programme 2020
Actions et projets ont été rappelés lors de la présentation du rapport moral. Le président indique les recherches effectuées et les publications en cours. Concernant la diffusion ou l’édition de ces travaux, Bernard Duprat intervient à la demande du président pour présenter les démarches entreprises afin d’obtenir de l’AFNIL un numéro ISBN pour l’association et procéder au dépôt légal à la BNF des publications de l’association. Jean-Marc Issartier pourrait proposer une solution d’édition. Outre l’ouvrage en cours de publication sur les niches et statues des oratoires de l’ancien Carpentras et l’étude sur les portes anciennes en cours de rédaction, B. Duprat suggère les projets de recherches et de publications sur différents thèmes à venir pour faire connaître le patrimoine carpentrassien : gypseries, escaliers, cheminées, ferronneries, fontaines et bassins, par exemple.
Programme prévisionnel d’activités pour 2020 :
Il est prévu une activité par mois environ de visites ou de conférences. Deux dates fixées sont d’ores et déjà à retenir: samedi 15 février, visite avec son propriétaire de la Filaventure à l’Isle sur la Sorgue organisée par C. Salesses ; Vendredi 15 mai une journée complète à Aix en Provence sous la direction de Martine Vasselin (MCF émérite, Univ. Aix-Marseille) avec déjeuner en commun pour ceux qui le souhaiteront . Pour les autres activités, les dates seront communiquées dès qu’elles seront fixées ; ces projets sont les suivants :
– Mars, date à fixer . La lustrerie Mathieu à Gargas (J. Doux)
– Avril, date à fixer .Conférence à l’Inguimbertine. Lucette Monty nous fera part de son expérience dans la restauration et la mise en valeur du secteur sauvegardé de Bar le Duc, après introduction par B. Duprat sur le patrimoine du centre historique de Carpentras. (M. Duprat avec J.Y. Baudouy à l’Inguimbertine).
– Juin, date à fixer , Les archives départementales du Vaucluse.
– Septembre, date à fixer, Le musée Angladon en Avignon et la bibliothèque Ceccano.
– Octobre, date à fixer, Conférence à l’Inguimbertine de M. Vasselin. Les décors peints et les gypseries rocaille dans la première moitié du XVIII° siècle, exemples dans les hôtels particuliers de Carpentras.
– Novembre, date à fixer, Le musée Vouland.

Bilan d’activités 2013-2020
Le président donne la parole à Bernard Duprat, ancien président de l’association et conseiller scientifique. Architecte et Professeur honoraire (Ecole nationale supérieure d’architecture de Lyon), il est actuellement délégué de la Fondation du Patrimoine adjoint pour le Vaucluse. Il présente un bilan d’activités de 2013, date de la fondation de l’Association, à 2020  en six points , dont il sélectionne oralement quelques exemples plus importants : Conférences, excursions et visites d’édifices remarquables, visites d’ateliers d’artisans d’art et d’artistes, publications, prix du patrimoine, actions à entreprendre ou à relancer en s’appuyant sur ce bilan.( voir pièce jointe n°3 ).

Questions diverses
Jean Marc Issartier attire notre attention sur les programmes immobiliers prévus par la municipalité actuelle, notamment la démolition de l’îlot saint Louis et le projet d’un centre des Congrès de 250 places qui devrait voir le jour dans le quartier de la porte d’Orange (maquette à l’Hôtel de ville).
Claude Drap nous invite à visiter la chapelle Notre Dame de Santé un samedi à 10h. Il nous fera notamment découvrir les gravures restaurées récemment grâce aux dons. C’est noté et nous rajoutons cette visite à notre programme annuel.
Corinne Comtat attire notre attention sur la construction d’un lotissement de villas à l’angle du chemin de l’aqueduc et de l’avenue pont des Fontaines . Ce lotissement jouxte à cet endroit l’aqueduc construit par Antoine d’Alleman au XVIII° siècle, classé monument historique. Jean Marc Issartier se rendra en mairie consulter le PLU. On pourrait envisager une action.
Jean-Marc Issartier évoque un projet de programme de remise en valeur de la ville .Circuit de visite des musées : musée du taste-vin, du patrimoine sportif, lapidaire, ancienne chapelle des Pénitents noirs, musée Sobirats.
Élisabeth Juan-Mazel fait état de l’avancement des travaux dont elle a eu connaissance dans la chapelle des Visitandines (classée Monument historique 2004) pour répondre aux interrogations de certains membres : ont déjà été effectués les travaux de mise hors d’eau avec la réparation des toitures, la fixation des stucs et peintures murales. Reste à entreprendre la restauration de ce décor.
Maria Doux soulève le problème des tags qui souillent murs et façades. La municipalité contactée pour se faire refuse désormais de les faire effacer. Mireille Duprat attire l’attention sur les dégradations de la porte Juive de la cathédrale Saint-Siffrein : inscriptions gravées sur le piédroit, bénitier sous la vierge servant de cendrier.
La pose de plaques sur les hôtels particuliers et le « petit patrimoine » du centre historique pourrait être remise à l’ordre du jour. Une tentative a été menée à Carpentras il y a une dizaine d’années sans aboutir. Cette signalétique serait pourtant un atout pour le tourisme dans la ville et un moyen de valorisation de son patrimoinne pour les habitants eux-mêmes. Cela existe dans de nombreux centres historiques que nous avons visités avec l’association ces dernières années, Uzès, Arles, Nîmes notamment.

La séance se termine par des échanges amicaux en dégustant de la galette des rois et à 20 heures la salle est rangée telle que nous l’avions trouvée.

Fait à Carpentras le 27 janvier 2020

La secrétaire Mireille Duprat,  Le président Joël Doux

Rendre le centre ancien aux piétons

Le centre ancien de Carpentras a été réaménagé lors d’importants travaux en 2017 ; ses artères principales et la place de la mairie ont été protégées de la circulation automobile par des bornes automatiques, la circulation et le stationnement réglementés. Seule la place Saint-Siffrein, aménagée en aire piétonne  sur le flanc sud de l’ancienne cathédrale, bénéficiait déjà d’une telle mesure depuis 2007, et était fermée par une borne. Cette réappropriation de l’espace public, aujourd’hui étendue, est évidemment une bonne chose, aussi bien pour l’activité commerciale du centre que pour le bien-être des habitants ou des visiteurs, sans parler de la diminution de la pollution automobile, qui fut longtemps un fléau dégradant gravement l’espace urbain et exigeant ensuite de lourds et coûteux travaux de ravalements pour redonner à la ville une image positive. Ce patrimoine urbain exceptionnel ne peut que mieux s’en porter.

Mais  cet aménagement reste toutefois incohérent, timide et partiel : certaines rues, aujourd’hui saturées, sont  devenues sales et polluées par la circulation qui s’y concentre désormais, sans trottoirs pour les piétons. Ailleurs, les bornes restent ouvertes certains jours…. sans doute pour faire plaisir à tout le monde, un véhicule pouvant contenir quatre ou cinq électeurs, voire plus, sait-on jamais. Certaines ruelles laissées libres d’accès servent de raccourcis et sont utilisées pour contourner les bornes, les véhicules des plus malins parvenant ainsi à se faufiler en ville, quitte à emprunter ça et là des petits bouts de rues en sens interdit, pour faire quelques courses sans marcher à pied. Autrement dit, le plan de circulation et la position des bornes sont à revoir ; nul n’est parfait, mais….on peut assurément mieux faire.

Parmi les endroits où se faufiler —  » oui, oui, je sais, je suis mal garé, mais je ne reste pas longtemps !  » –, il se trouve que le meilleur endroit est maintenant …Devinez quoi : l’aire piétonne de la place Saint-Siffrein, dont la borne a été supprimée !  Un comble ! Une aire piétonne finalement envahie de voitures à l’occasion de la …piétonnisation du centre ville. Une aire piétonne est pourtant l’objet d’une réglementation précise, qu’il serait du devoir des pouvoirs publics de faire respecter. Si la desserte y est évidemment autorisée, de même que l’accès des riverains, le stationnement y est formellement interdit. Sauf bien entendu passe-droit ou négligence complaisante.

Bref, quelques maigres plantations au rebut de la place voisine, le sol de pierre dégradé et sali par les véhicules, l’impéritie municipale font de cet endroit un espace négligé, dont l’aménagement n’a été réalisé qu’en pure perte, pour près de 500 000 euros, il y a une dizaine d’années seulement . C’est pourtant là que se dresse l’un des plus célèbres monuments historiques médiévaux, fleuron de la ville. Et il suffirait, pour régler le problème, de remettre en service la borne automatique qui existait auparavant… et de faire respecter la réglementation.

Stationnement illicite dans l’aire piétonne de la place Saint-Siffrein, les contrevenants, nombreux chaque jour, n’étant jamais inquiétés.

Article R110-2 du code de la route : Une aire piétonne est une zone affectée à la circulation des piétons de façon temporaire ou permanente. Les entrées et sorties de cette zone sont annoncées par une signalisation. Les véhicules motorisés ne peuvent accéder à l’aire piétonne. Seuls les véhicules nécessaires à la desserte interne de la zone sont autorisés à circuler à l’allure du pas et les piétons sont prioritaires. Les véhicules ne peuvent en aucun cas stationner sur l’aire piétonne. 

L’article R110-2 du Code de la route serait-il inapplicable à Carpentras ? Pourquoi ?

 

 

 

 

Prix du patrimoine 2016 : l’îlot Archier restauré

L’association Carpentras Patrimoines décerne chaque année son Prix du Patrimoine à un édifice de la ville remarquable par sa valeur patrimoniale et qui mérite d’être distingué par la qualité de la protection, de la sauvegarde ou de la restauration dont il a fait l’objet.

Le Prix 2016 a été attribué à l’îlot Archier, 30 rue de la Porte d’Orange, à Carpentras.

Comprenant aujourd’hui des magasins, des bureaux et des logements, cet ensemble urbain a fait l’objet d’une vaste opération immobilière réalisée de 2008 à 2012 par la Financière Magellan, sur douze parcelles du centre ville qui exigeaient d’importants travaux de requalification. Après une étude archéologique poussée, qui révéla l’ancienneté et l’imbrication au fil du temps des nombreux édifices de l’îlot, la conception d’un projet de recomposition de l’ensemble préservant sa valeur patrimoniale fut confiée à M. Antoine Bruguerolle, Architecte du patrimoine.

L’architecture de cet ensemble urbain est remarquable à plus d’un titre. Il comportait des édifices allant du XIIe au XIXe siècles et qui furent modifiés à de nombreuses reprises jusqu’au XXe siècle. Implanté dans le tissu médiéval dense de la ville, il est en effet composé de plusieurs maisons aujourd’hui recomposées autour d’une belle cour dégagée des constructions qui l’encombraient. Un large passage traversant s’ouvre au rez-de-chaussée depuis la rue et donne accès à cette cour aérée d’où partent les cages d’escaliers. Les façades sur rues et sur cour de l’îlot donnent à voir des architectures variées : celle des maisons de la ville médiévale, du XIIe au XVIe siècles, dont on retrouve aujourd’hui de nombreux vestiges, ignorés jusque là ; celle de ses maisons des XVIIe et XVIIIe siècles, aux façades régulières, encore modifiées aux XIXe et XXe siècles.

L’ensemble a été conçu en respectant le caractère architectural et les techniques de construction des époques concernées sans détruire les vestiges du passé, qu’il s’agisse de restaurer ce qui pouvait l’être, escaliers, plafonds, peintures murales, cheminées ou gypseries ou qu’il s’agisse de réinterpréter de façon contemporaine les éléments les plus significatifs, structures porteuses, galeries, baies ou arcades.

L’association Carpentras Patrimoines veut faire connaître, sauvegarder et mettre en valeur comme il le mérite le patrimoine architectural exceptionnel de la ville. Aujourd’hui restauré, l’îlot Archier en est un bel exemple, qui nous donne à voir cinq siècles d’histoire de la capitale du Comtat Venaissin, dans un ensemble d’édifice d’époques variées mais formant un tout harmonieux et un cadre de vie agréable.

Une plaque commémorative du Prix 2016 a été apposée dans l’entrée de l’îlot, rue de la Porte d’Orange, le samedi 25 juin par les membres de l’association et de son Conseil scientifique. Elle a été dévoilée par l’Architecte du Patrimoine Antoine Bruguerolle. On comptait dans l’assistance de nombreuses personnalités, qui ont montré ainsi l’intérêt qu’elles portent à la reconnaissance et à la valorisation du patrimoine architectural de Carpentras.

La chapelle de St-Martin à restaurer

Suite aux dégradations signalées par Carpentras Patrimoines grâce à la vigilance de ses membres, des travaux de sécurisation provisoire ont été réalisés par les Services municipaux dans les meilleurs délais : chaîne limitant l’accès au site, serrure à barillet sur la porte extérieure, qui recevra une protection par une lasure. Une protection provisoire des baies à vitraux par du plexiglass est envisagée, ainsi que le remplacement des bancs en pierre détériorés par des bancs en béton.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’utilité de ces travaux est indéniable, et on ne peut que se féliciter de leur diligence. Reste maintenant à envisager la restauration de ce Monument historique selon les méthodes et avec les moyens qui s’imposent dans ce domaine. Réfection des vitraux, protection efficace du groupe sculpté toujours menacé, remplacement de la clanche de la porte par un modèle identique à celui qui a été dérobé et dont on voit encore la forme sur le montant de la porte. Donc affaire à suivre pour que le provisoire ne ..s’éternise pas et que ce monument ne replonge pas dans un oubli préjudiciable.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

 

 

 

Une matinée chez Monsieur Chabaud, peintre

P1040672Visite du musée et de l’atelier Auguste Chabaud à Graveson

Organisée par Mme et M. Brahic, membres de l’association, une visite du Musée Auguste Chabaud et de son atelier, situés comme on sait à Graveson, nous a permis d’apprécier et de comparer les différentes manières explorées aux différentes époques de sa vie par ce peintre provençal très connu. Un accrochage à la fois thématique et chronologique est très parlant par lui-même à cet égard. Mais l’association avait le privilège d’être accueillie par Mme Monique Laidi Chabaud, qui a commenté pour nous l’ensemble d’œuvres présentées au Musée, avec une connaissance érudite propre à captiver son auditoire en évoquant à la fois le travail et la vie du peintre. On en retiendra tout particulièrement les étonnants dessins sur « papier de boucherie » d’une exécution enlevée et expressive avec une grande économie de moyens graphiques du tout début du XXe siècle ; des portraits, moins connus que les paysages de la Montagnette auxquels on associe facilement Chabaud,  mais très saisissants, notamment pendant sa période parisienne, où il travaille vraiment d’égal à égal avec les peintres renommés de l’époque. Plusieurs de ses toiles sont du reste exposées cet hiver au Musée d’Orsay. On se souviendra aussi particulièrement des grandes toiles de paysages animés inondées d’une lumière lunaire, de leurs blancs chemins, des pentes vertes sombres et de leurs ciels de nuit.

L’accueil au Mas de Martin par Mme Martine Laugier Chabaud a complété de façon significative ce que le Musée nous avait montré , notamment par un ensemble de portraits remarquables. Et se trouver sur les lieux mêmes où travaillait le peintre, dans cette « campagne » inspirée, ne pouvait que combler les visiteurs admiratifs des toiles comme des petits carnets de croquis, que le peintre remplissait sans cesse de notations aiguës de la vie quotidienne au cours de ses journées, qu’il s’agisse de saisir, là un berger,  son chien, le dos moutonnant de son troupeau, là encore, un arbre, une colline, ou l’angle d’une maison. Bref, d’exercer à la fois son œil et sa main.

Merci donc à nos hôtesses pour cette excellente matinée chez Monsieur Chabaud, peintre.

Musée Auguste Chabaud
Cours National – 13690 Graveson-en-Provence
http://www.museechabaud.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

fin

L’Inguimbertine à l’hôtel-Dieu

Le projet d’aménagement de l’ancien hôtel-Dieu pour recevoir la Bibliothèque-Musée entre dans une nouvelle phase. Après le clos et le couvert restauré au titre des Monuments historiques, le chantier des travaux intérieurs est lancé. Lire le n° 90, été 2015, de la Gazette de l’Inguimbertine en cliquant sur le lien ci-dessous.

gazette90-ete2015-bd

Voir aussi sur ce site dans la catégorie « Actualités du patrimoine », l’article « Un grand projet de Carpentras » avec le lien :

http://wp.me/p51Lr8-25